Jeux de regards dans la cuisine parallèle

Si l’essor fulgurant des cuisines ouvertes n’est plus à prouver, on s’imagine souvent (à tort) qu’elles vont éradiquer les autres physionomies de cuisines dans les années à venir. Une erreur si l’on considère tous les intérieurs où le cœur névralgique du foyer s’isole toujours plus ou moins radicalement du séjour. Complètement fermée ou partiellement ouverte sur les espaces attenants, la cuisine en tant que pièce ne risque pas de s’effacer, d’autant qu’elle offre plus de libertés pour positionner le mobilier. L’occasion de (re)découvrir l’indémodable cuisine parallèle. Traditionnellement composée de deux linéaires en face à face, elle se prête à toutes les fantaisies. Tantôt habillée de couleurs acidulées, ou creusées dans un matériau brut, la cuisine en double linéaire se réinvente selon les tendances actuelles. Échantillon des meilleures représentations du genre.

Définir la bonne typologie de cuisine pour son logement n’est jamais chose aisée. Parmi toutes les alternatives proposées par l’architecture d’intérieur, certaines offrent plus de confort pour les préparations, quand d’autres ont l’avantage de faciliter la communication au sein du foyer. Le plus important reste toutefois d’adapter l’implantation aux spécificités de la pièce en question. Des murs légèrement biscornus peuvent compliquer l’installation d’un mobilier en angle, et des mètres carrés limités sonnent généralement le glas de l’îlot. La cuisine parallèle permet justement de pallier aux contraintes de l’architecture – ses deux linéaires qui se font face épousent naturellement les lignes des cloisons, libérant au passage la circulation. Il suffit également de moduler la profondeur des caissons pour l’adopter dans un petit espace. Mais l’atout principal de la cuisine en regard reste certainement d’offrir un maximum de plan de travail – un détail qui fait toute la différence au quotidien.